Marathon des expressions illustrées – Episode 3

Article : Marathon des expressions illustrées – Episode 3
20 janvier 2014

Marathon des expressions illustrées – Episode 3

Cette fois-ci, c’est une étape bien particulière du marathon. En effet vous ne verrez passer qu’une seule coureuse… mais quelle coureuse!!!

On la suivrait partout au détour de ses billets aussi pétulants que pimentés. Je vous prie donc de suivre le rythme, à petite foulée, de notre chère Babeth, d’Humeurs Nègres, qui nous livre son sentiment avec une citation biblique.

Et, une fois n’est pas coutume, j’ai préféré illustrer le commentaire plutôt que la citation! Bonne lecture!

 

« Réjouis-toi de la femme de ta jeunesse, biche des amours et gazelle pleine

de grâce ; que ses seins t’enivrent en tout temps ; sois continuellement

épris de son amour. Et pourquoi mon fils serais-tu épris d’une étrangère et

embrasserais-tu les seins de l’étrangère ? ».

Proverbes 5 : 18-20

 

 

Affichage de PicsArt_1384354643706.jpg

Juste une pensée pour ces Négresses noires, blanches, jaunes, café au lait.

Jadis « biches des amours » et « gazelles pleines de grâce ». Ces beautés vierges

et gracieuses à qui des hommes ont fait miroiter un amour éternel, un amour

grand « A », lorsqu’ils les sortiraient de la misère qui les étreignait tel un oiseau pris

dans les filets de l’oiseleur…

Ces beautés fatales dont la fraîcheur, la douceur et la chaleur envoûtantes

faisaient l’objet de poèmes enchanteurs et des cantiques les plus

ensorcelants. Suscitant dans leurs entrailles, un cocktail d’émotions aussi

complexes qu’inexprimables.

Ces lionnes blessées dont les charmes, naguère irrésistibles, n’opèreraient plus, ne

produiraient plus l’ivresse d’antan et qui sont foulées aux pieds comme la boue des

rues ! Que voulez-vous ? La frénésie et l’enchantement sont ailleurs…

Ces « chépaquoi » au glorieux passé, dont la plastique rivaliserait difficilement avec

celle des forces nouvelles. « Etrangères », au sex-appeal indomptable.

Lionne blessée

Elles sont beaucoup plus jeunes, plus belles, plus enivrantes et par ricochet,

nouvelles biches à chérir. A posséder dans tous les sens, dans tous les coins

et recoins. Encoignures et écoinçons. Sans oublier qu’il faut les explorer dans

les moindres détails et dans toutes les positions, à la recherche du nectar, ce

breuvage céleste oh combien délicieux ! (Hey je m’égare…Désolée ! Quand il s’agit

du nectar, je m’oublie…).

Bien que l’Ecclésiaste ait déclaré : « Il n y a rien de nouveau sous les cieux », j’en

suis toujours médusée.

Comme une innocente, une simple d’esprit, me demandant encore pourquoi

un homme ne peut tout simplement pas aimer UNE femme ? LA femme de sa

jeunesse ? Celle qui lui a sacrifié ses plus belles années ?

Shalom !

Partagez

Commentaires

pascaline
Répondre

That is the question... Je me demandais quel sujet méritait un billet illustré a lui seul. Celui là est tellement vaste que l'on pourrait en faire un catalogue! Bravo à toutes les deux!

marinefargetton
Répondre

Un catalogue en plusieurs tomes ;). Merci Pascaline!!!